En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

L’UNPS s’oppose au tiers payant complémentaire de l’Inter-AMC

Dans le cadre de la réforme de la généralisation du tiers payant, l’Union nationale des professionnels de santé (UNPS) demande aux professionnels de santé de refuser la signature du contrat « unique » proposé par l’association des complémentaires santé (inter-AMC).

Tiers payant généralisé

A la fin du mois de janvier 2017, l’association des complémentaires santé (qui regroupe la quasi-totalité des organismes de complémentaire santé) lançait un dispositif visant à faciliter la généralisation du tiers payant auprès des professionnels de santé : le site TPComplémentaire, qui permet la signature d’un contrat dit « unique » de tiers payant auprès des membres de l’inter-AMC.

Un dispositif qui n’est cependant pas au goût de l’Union nationale des professionnels de santé (UNPS), qui appelle les professionnels libéraux à refuser de signer ce type de contrat. « L’ensemble des assureurs complémentaires ne sont pas membres de l’Inter-AMC », indique l’UNPS dans un communiqué, qui s’inquiète également du fait que « le professionnel de santé devra traiter les problèmes rencontrés avec chacun des organismes complémentaires individuellement – l’Inter-AMC ne faisant pas réellement office d’interlocuteur unique ».

« La solution proposée par l’Inter-AMC ne répond donc pas aux critères d’universalité et d’unicité pourtant mis en avant », indique l’UNPS. L’organisme considère que l’inter-AMC n’est pas un interlocuteur unique puisqu’il « ne garantit pas le paiement au nom de tous les assureurs complémentaires et opérateurs adhérant à ce système ».

Tiers payant généralisé : qu’est-ce que c’est ?

D’ici le 1er décembre 2017, l’ensemble des organismes de complémentaire santé ont pour obligation de proposer le tiers payant à leurs assurés. Le tiers payant dispense le patient d’avancer les frais de santé, notamment pour le paiement de médicaments, ou pour les consultations chez un médecin généraliste (pour certains assurés sociaux, profitant de la CMU-C ou de l’AME). Désormais, le tiers payant est étendu à l’ensemble de la population.