En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Tiers payant : une généralisation « irréaliste » repoussée indéfiniment

Le tiers payant généralisé, mesure sociale phare du quinquennat de François Hollande ne sera pas mis en place comme prévu. « Techniquement le tiers payant généralisé n’est pas faisable au 1er décembre », affirme la ministre de la Santé.

La mise en œuvre du tiers payant généralisé était prévue pour le 30 novembre mais n’aura désormais pas lieu, à cause d’un « problème informatique », a indiqué la ministre de la Santé, Agnès Buzyn le 22 octobre. « Techniquement le tiers payant généralisé n’est pas faisable au premier décembre », indique-t-elle.

Le tiers payant généralisé vise à faire bénéficier d’une dispense d’avance de frais pour tous les patients se rendant chez un médecin. Depuis le 1er janvier 2017, les femmes enceintes et les malades chroniques bénéficient déjà de cette dispense.

Des difficultés à relier médecins et mutuelles

Si seule la part remboursée par la Sécurité sociale devait être dispensée d’avance des frais de santé au 30 novembre, c’est la part des mutuelles santé qui semble poser problème. « Nous ne savons pas, aujourd’hui, sur la part des complémentaires, faire en sorte que le médecin soit remboursé », a expliqué la ministre de la Santé.

Il serait en effet impossible, pour l’instant, de relier l’ensemble des médecins aux 500 mutuelles santé françaises, chacune proposant des droits différents aux patients. Un rapport de l’Igas (Inspection générale des affaires sociales) qualifie la généralisation du tiers payant d’« irréaliste » avant 2019 compte tenu de ces « freins techniques ».