En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

La CSMF propose une carte de paiement contre la généralisation du tiers-payant

La Confédération des Syndicats Médicaux Français (CSMF) réaffirme ses positions sur la généralisation du tiers payant en soulignant son refus face à celui-ci et en faisant une proposition alternative sous forme de carte de paiement.

Carte Vitale

Le docteur Jean-Paul Ortiz, président de la CSMF adresse un message clair à la ministre de la Santé : pour les médecins, hors de question de généraliser le tiers payant. A la place, la CSMF propose une alternative à cette généralisation : une carte de paiement différé qui ne débiterait les patients qu’après le remboursement des soins par la Sécurité sociale.

Pour mettre en place ce dispositif, la CSMF propose la mutation de la carte vitale actuelle ou la création d’un accord avec les banques. Cette dernière initiative serait trop longue à mettre en place alors que la CSMF annonce vouloir lancer son dispositif d’ici 2018.

Pour le docteur Ortiz, « Cela éviterait la dérive bureaucratique de notre métier, les erreurs et les différents contrôles imposés au médecin pour faire du tiers payant : vérification des droits de chaque patient, vérification des paiements effectués par les caisses, réclamations et gestion des erreurs de virement, etc. »

Les conflits toujours vifs

Jean-Paul Ortiz précise également que « les médecins libéraux refusent une obligation et soutiennent un tiers payant laissé à l’appréciation du médecin » avant d’ajouter que « la nouvelle ministre devra éclaircir sa position si elle veut solder ce conflit qui perdure, conflit hérité de la précédente Ministre de la Santé »

Aujourd’hui, si le tiers-payant n’est pas généralisé, les médecins s’y opposent fermement, arguant que cette mesure risque de compliquer leurs démarches et leurs paiements.