En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Tabac, vaccins et déserts médicaux : les objectifs santé du gouvernement

A l’occasion de son discours devant l’Assemblée nationale le 4 juillet, Edouard Philippe, Premier ministre, a annoncé les nouvelles mesures prises par le gouvernement pour améliorer la prise en charge des frais de santé.

6 nouveaux vaccins obligatoires

L’information la plus relayée, et qui fait déjà débat dans l’opinion publique, est l’augmentation du prix du tabac. En effet, le paquet de cigarette devrait progressivement passer de 6,50€ aujourd’hui à 10€ avant 2018. Agnès Buzyn, ministre de la Santé déclare « mon objectif est que la génération qui naît aujourd’hui soit la première génération sans tabac. » Une hausse réclamée depuis longtemps par les associations de protection des non-fumeurs ainsi que les tabacologues qui estiment qu’une hausse coup de poing des tarifs ferait chuter le taux de fumeurs.

Suite au retour de certaines pathologies comme la rougeole, le dispositif des vaccins obligatoires va s’affirmer. Alors que jusqu’à présent, 6 vaccins étaient recommandés pour les bébés, ils deviendront obligatoires et s’ajouteront à ceux contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite.

A la fin de son allocution, le Premier ministre a évoqué le combat du gouvernement contre les déserts médicaux. S’il n’a pas donné la feuille de route des mesures à prendre, il a confirmé l’importance du dispositif aux yeux de la ministre de la Santé.

Des mesures concernant le remboursement des frais de santé ?

Le Premier ministre a annoncé que « d’ici la fin du quinquennat, tous les Français auront accès à des offres sans aucun reste à charge pour les lunettes, les soins dentaires et les aides auditives« . Une démarche qui permettrait d’améliorer l’accès au soin des plus démunis ne pouvant se permettre de souscrire à une mutuelle santé privée. Dès la rentrée, le gouvernement proposera également un budget pour 2018 qui permettrait de régulariser les comptes de la sécurité sociale et leur permettre d’atteindre l’équilibre à l’horizon 2020.