En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Le reste à charge zéro est « réalisable » selon la Mutualité Française

La question du reste à charge zéro est, en ce moment, en pleine concertation entre les pouvoirs publics, les représentants des professionnels de santé et les mutuelles. La Mutualité Française en a profité pour définir ses pistes de réflexion entre paniers de soins nécessaires et de qualité et imposition.

reste à charge zéro

Les débats sur l’une des promesses de campagne d’Emmanuel Macron, le reste à charge zéro en optique, dentaire et audioprothèse, sont actuellement en cours. Participant aux discussions, la Mutualité Française a énoncé des pistes de réflexion sur le principe « d’un accès aux soins garanti partout et pour tous », selon Thierry Beaudet, son président.

La Mutualité Française propose ainsi la création de « paniers de soins nécessaires et de qualité ». Ils contiendraient l’ensemble des remboursements, tarifs, prises en charges pour vérifier la qualité des dispositifs médicaux. Une liberté serait alors accordée aux patients dans le choix du professionnel, de l’équipement ou des traitements supplémentaires.

Des réformes nécessaires sur le système de santé actuel

Pour atteindre le reste à charge zéro, Thierry Beaudet appelle à des réformes plus profondes. Ainsi, en optique, il propose un allongement de la durée des études à trois ans au lieu de deux, afin de stopper le nombre élevé d’opticiens en France. De même, une baisse de la TVA sur les verres, de 20% à, 5,5%, est proposée pour encourager la baisse des tarifs.

Pour l’audioprothèse en revanche, le nombre d’audioprothésistes formés et l’orientation vers des équipements plus sophistiqués donc plus chers, sont à revoir selon la Mutualité Française. Enfin, en dentaire, la fédération des mutuelles veut revoir le modèle économique « afin de rééquilibrer l’activité entre soins prothétiques et soins conservateurs ».