En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Bientôt un reste à charge zéro en optique, dentaire et audioprothèse ?

Le reste à charge est particulièrement élevé en optique, dentaire et audioprothèse. Le gouvernement compte créer un panier de soins avec un reste à charge zéro pour les assurés.

C’était l’une des promesses de campagne d’Emmanuel Macron : le reste à charge zéro en optique, dentaire et audioprothèse. Dans cette perspective, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a réuni mardi 23 janvier différents acteurs du secteur. Le but : définir des mesures pour parvenir à un reste à charge nul d’ici la fin du quinquennat.

Les concertations vont aborder différents points, parmi lesquels :

  • La définition d’un panier de soins standards remboursés à 100% ;
  • La répartition économique de la prise en charge entre l’Assurance maladie et les mutuelles santé.

Le reste à charge ne devrait pour autant pas complètement disparaître. Les dépenses répondant uniquement à des critères esthétiques ne seront pas intégralement remboursées.

Des dépenses encore trop élevées

Le budget en optique, dentaire et audioprothèse des Français demeure très élevé et la prise en charge par l’Assurance maladie y est plus faible que dans d’autres secteurs. En moyenne, les consommateurs ont un reste à charge de l’ordre de 22% du prix total en optique, de 25% en dentaire et de 53% en audioprothèse.

Les concertations ont donc une ambition sociale et sanitaire. Elles doivent à la fois permettre de diminuer le renoncement aux soins pour des raisons financières et d’offrir un meilleur accès à des dispositifs répondant à un enjeu de santé majeur. A titre d’exemple, seules 30% des 6 millions de personnes malentendantes bénéficient d’audioprothèses en France.