En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Bientôt un reste à charge zéro pour les prothèses dentaires

Deux syndicats dentaires ont confirmé leur accord pour la mise en place du reste à charge zéro d’ici 2021. Une avancée importante en matière de santé bucco-dentaire.

Dentiste

Les patients n’auront bientôt plus à mettre la main au porte-monnaie pour se faire poser des prothèses dentaires. Vendredi 1er juin, après plusieurs mois de discussions avec l’Assurance maladie, la CNSD (Confédération nationale des syndicats dentaires) et l’UD (Union dentaire) ont adopté la mise en place du reste à charge zéro pour ce type de soin, à respectivement 90% et 76%.

Comme l’a expliqué la ministre de la Santé Agnès Buzyn, la mise en place de l’offre sans reste à charge « commencera dès 2020 » et elle « sera totalement accessible pour l’ensemble des actes concernés au 1er janvier 2021 ».

3 niveaux de prise en charge

Ainsi, à partir de 2021, tous les patients auront le choix entre 3 offres de soins pour leurs prothèses dentaires :

  • Une offre « reste à charge zéro », pour laquelle le remboursement par l’Assurance maladie et la mutuelle santé sera total ;
  • Une offre avec un niveau de prise en charge maîtrisé et un remboursement partiel ;
  • Une offre avec des honoraires libres.

L’introduction du reste à charge zéro doit permettre de lutter contre le renoncement aux soins prothétiques, qui touche 17% de la population selon le ministère. En contrepartie, les soins dits conservateurs (détartrage, traitements de caries, dévitalisations…) seront eux revalorisés, avec des « hausses de tarifs comprises entre 40 et 60% ».

Le reste à charge zéro en dentaire est une promesse de campagne d’Emmanuel Macron. A terme, il devrait aussi concerner les soins d’optique et d’audition.