En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Reste à charge zéro : Agnès Buzyn dénonce le « sabotage » des mutuelles

Certaines mutuelles santé vont profiter de la réforme à venir du reste à charge zéro pour augmenter leurs tarifs. La ministre Agnès Buzyn a qualifié ces pratiques de « sabotage politique ».

hausse cotisation

Avec la mise en place prochaine du reste à charge zéro, certaines mutuelles santé vont revoir leurs prix à la hausse en 2019. La ministre de la Santé Agnès Buzyn a réagi à ces évolutions tarifaires : « j’appelle ça un sabotage politique et je vais le dire aux mutuelles », a-t-elle prévenu sur France Culture jeudi 13 décembre.

La ministre s’est par ailleurs montrée très ferme : « il est hors de question que les mutuelles profitent d’une réforme à laquelle elles ont participé, qui a été négociée, qui a été signée entre tous les partenaires, pour augmenter leurs prix ».

Investissement « modeste » pour les mutuelles

Pour rappel, le reste à charge zéro, ou plan 100% santé, était l’une des promesses de campagne d’Emmanuel Macron. Il vise à réduire les dépenses des Français en optique, dentaire et audition et doit être mis en place à partir de 2019, avec un déploiement sur 3 ans.

Cette mise en place progressive du dispositif a notamment été pensée pour laisser aux complémentaires santé le temps de se préparer et de ne pas augmenter leurs tarifs davantage que les années précédentes. Agnès Buzyn a d’ailleurs rappelé que « l’investissement qui leur est demandé […] est modeste par rapport à leurs frais de gestion et chiffres d’affaires ». La ministre devrait revenir sur ce sujet le 18 décembre prochain, lors de la prochaine réunion de suivi de la réforme.