En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Santé : le reste à charge des assurés a continué d’augmenter en 2018

En 2018, les Français ont dépensé en moyenne 1 129€ pour leur frais de santé, selon une étude Verspieren. Avant le remboursement de leur mutuelle, leur reste à charge était de 54,6%, un chiffre en hausse ces dernières années.

hausse cotisation

1 129,30€ : c’est le coût moyen annuel des dépenses de santé pour les Français en 2018, d’après une étude menée par le courtier en assurances Verspieren. Un chiffre en très légère hausse par rapport aux années précédentes : en 2017, les assurés avaient consacré en moyenne 1 125,04€ à leur santé et 1 115,84€ en 2016.

L’étude révèle également de fortes disparités selon les régions. D’après Verspieren, « c’est en Ile-de-France et en région PACA-Corse que les coûts moyens des soins médicaux sont les plus élevés ». Ainsi, un adulte dépense en moyenne 1 357,26€ par an en PACA-Corse et  1 230,79€ en Ile-de-France. A contrario, c’est en Bretagne que les assurés ont le moins dépensé en 2018, à raison de 836,72€ en moyenne.

verspieren etude sante 2018

Crédit image : Verspieren

Le reste à charge en hausse

L’étude menée par Verspieren porte également sur le reste à charge (RAC) des assurés santé. En 2018, avant le remboursement de la complémentaire santé, celui-ci s’élevait à 54,6%. Là encore, ce chiffre est en hausse par rapport à 2017 (53,01%) et 2016 (51,86%). « Depuis 2015, le RAC a augmenté de +3,18 points », note le courtier en assurances.

A noter que le reste à charge avant l’indemnisation des complémentaires varie considérablement selon les types de soins. C’est en optique qu’il est le plus élevé, puisqu’il atteint 98,24% en moyenne, ainsi qu’en dentaire, où il atteint 74,08%. Viennent ensuite la pharmacie (43,54%), les consultations ou visites (43,32%) et la médecine courante (41,28%). La mise en place progressive du reste à charge zéro d’ici 2021 devrait changer la donne.