En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Reste à charge zéro : bientôt des complémentaires santé plus chères ?

Alors que la réforme sur le reste à charge zéro a été confirmée d’ici la fin du quinquennat, les salariés français pensent majoritairement que cette initiative est un plus. Pourtant, ils craignent une hausse des cotisations des complémentaires santé.

salariés complémentaire santé

Le débat risque de revenir lors de la mise en place de cette réforme. En effet, le gouvernement a confirmé le mois dernier la mise en place du reste à charge zéro en optique, dentaire et audition, d’ici 2022. Alors que l’ensemble des Français est très largement pour cette mesure, seulement 51% des salariés soutiennent cette idée, selon une enquête Adding-BVA.

La raison principale de cet engouement mesuré est une éventuelle hausse des cotisations des complémentaires santé. En effet, plus de 8 salariés français sur 10 (83%) craignent de voir le montant de leur mutuelle augmenter lors de la mise en place de cette réforme. C’est d’ailleurs tout l’enjeu des discussions entre les pouvoirs publics et les syndicats de professionnels.

Un meilleur remboursement par la Sécurité sociale comme solution ?

Près d’un tiers des sondés (31%) restent neutres vis-à-vis de cette réforme. Ils n’attendent pas d’effet particulier compte tenu de leurs prises en charge actuelles. Enfin, 18% ont peur que les complémentaires ne remboursent plus que les équipements compris dans le reste à charge zéro.

Pour les salariés, une des solutions avancée serait de revoir à la hausse les montants remboursés par l’Assurance maladie pour l’optique et le dentaire. 91% des salariés soutiennent cette idée. Un moyen de réduire le sentiment que qualité ne peut pas rimer avec remboursement complet pour une grande majorité de Française selon un sondage Odoxa.