En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

100% Santé : le ministère demande des efforts aux mutuelles

Lors du Comité de suivi de la réforme 100% Santé, Olivier Véran a mis en garde les complémentaires qui ne jouaient pas le jeu de se mettre en conformité. Il a aussi demandé de ne pas augmenter les cotisations payées par les assurés en 2021.

Le journal Le Parisien a récemment révélé les coulisses du Comité de suivi 100% Santé, qui s’est tenu le 15 septembre. Pour rappel, cette réforme étalée sur trois ans (2019-2021) doit permettre aux Français d’acheter des lunettes, des audioprothèses et des prothèses auditives sans avoir de reste à charge. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a montré tout son mécontentement aux professionnels du secteur mais aussi aux complémentaires santé.

Le reste à charge zéro en optique est en-deçà des espérances, puisqu’il pèse 16% du marché contre un objectif de 20%. Le ministre estime que de nombreux opticiens ne mettent pas assez en avant les offres 100% Santé dans leurs boutiques. Il a annoncé que des contrôles allaient être effectués dans les semaines à venir. L’auditif plafonne à 13% du marché car malgré une baisse des tarifs consécutive à la réforme, les prix restent très élevés. Quand le reste à charge sera nul, en janvier 2021, ce secteur pourra vraiment décoller.

Débat autour des hausses de cotisations

Olivier Véran s’est montré très ferme avec les mutuelles. Selon lui, le dispositif ne peut pas fonctionner pleinement si celles-ci ne mettent pas en place le tiers payant intégral sur les offres 100% Santé. Le tiers payant n’est accessible que dans 30% des cas en dentaire, 50% en auditif et 80% en optique. Le ministre a donc demandé aux complémentaires de se mettre en conformité avant 2022 faute de quoi il se montrerait « plus directif ».

Dernier point sensible de la réunion, qui a généré des tensions : la hausse des cotisations. Olivier Véran a expliqué qu’il ne voulait aucune hausse pour 2021. Cependant, les mutuelles ne l’entendent pas de cette oreille. Selon elles, la taxe de 1,5 milliard d’euros qu’elles devront payer en raison de leurs économies pendant le confinement les oblige à recourir à des hausses de cotisations, d’autant plus que les dépenses de santé de l’Etat vont augmenter de 4 à 5%.