En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Le carnet de santé numérique est accessible à tous les Français

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a annoncé lundi le déploiement du dossier médical partagé (DMP) à tous les Français. Cet outil doit permettre de simplifier le partage d’informations entre les différents professionnels de santé.

medecin-greve

« Un outil de partage d’information pour faire de la meilleur médecine ». C’est avec ces mots que la ministre de la Santé Agnès Buzyn a officialisé la généralisation du dossier médical partagé (DMP), une sorte de carnet de santé numérique, à tous les Français. Pour autant, cet outil n’est pas obligatoire mais « gratuit, confidentiel et sécurisé ».

L’Assurance maladie assure de son côté que le DMP « conserve précieusement » les données de santé de chaque patient. Les informations pourront être ou non partagées avec les différents professionnels et établiront une liste des antécédents médicaux, des résultats d’examens et d’autres informations comme les proches à prévenir, sur une période de 24 mois.

40 millions de DMP d’ici 5 ans

Chaque Français est donc invité à ouvrir son DMP directement sur internet. Il est possible également d’effectuer cette démarche auprès des pharmaciens mais aussi des agents des caisses d’Assurance maladie, rémunérés dès lors 1€ par dossier. Cependant, aucune incitation auprès des médecins n’a été réalisée face à leur refus afin d’accorder plus de temps aux soins.

Selon les chiffres de l’Assurance maladie, près d’1,9 millions de personnes possèdent d’ores et déjà un DMP. L’objectif fixé est de 40 millions d’ici 5 ans avec quelques évolutions dans son fonctionnement. Ainsi, une application mobile revisitée, plus ergonomique, sera lancée « dès avril 2019 » afin d’inciter les patients à y avoir recours automatiquement dans leur parcours de soins.