En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Bientôt un dossier médical partagé pour tous les Français

Tous les Français pourront bientôt bénéficier d’un dossier médical partagé. Un document numérique qui sera déployé par l’Assurance maladie et permettra un meilleur suivi de santé.

dossier medical partage

Le dossier médical partagé (DMP) sera bientôt généralisé à l’ensemble des Français. En effet, l’Assurance maladie va progressivement le déployer d’ici la fin 2018. Gratuit et confidentiel, ce document numérique permettra à tous les patients d’accéder à leurs données réunies en un fichier, notamment concernant leurs traitements et leur historique médical.

Pour faciliter la mise en place du DMP, l’Assurance maladie mise sur une ouverture plus facile des dossiers. Jusqu’alors, c’était le médecin qui en avait la charge. Désormais, le patient pourra s’en occuper lui-même, en ligne ou auprès de sa caisse primaire d’assurance maladie. Les pharmaciens seront également autorisés à le faire contre une rémunération d’1€, tout comme les infirmières pour les personnes en perte d’autonomie.

Les enjeux du DMP

La généralisation du dossier médical partagé poursuit plusieurs objectifs :

  • Améliorer la qualité des soins ;
  • Réaliser des économies, notamment en évitant la répétition d’actes entre la ville et l’hôpital.

Un projet ambitieux, comme l’expliquait aux Echos Nicolas Revel, directeur de la Cnam, en février dernier : « L’objectif est d’aller très vite et d’ouvrir d’ici quatre ou cinq ans plusieurs dizaines de millions de DMP avec des données abondantes et fréquemment actualisées ».

Pour rappel, le dossier médical partagé n’en est pas à son premier essai. Il avait été lancé pour la première fois en 2004 par Philippe Douste-Blazy, puis relancé en 2017 par Marisol Touraine. Après une expérimentation concluante dans neuf départements et 1 million de dossiers ouverts, le projet devrait enfin aboutir à l’échelle nationale