En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

L’Assurance maladie compte économiser 2 milliards d’euros en 2019

L’Assurance maladie mise sur des économies de 2 milliards d’euros en 2019. Plusieurs pistes sont envisagées pour réduire les dépenses de santé.

Carte Vitale

2 milliards d’euros d’économies. C’est l’objectif que s’est fixé l’Assurance maladie pour 2019, comme le révèle le rapport annuel « sur l’évolution des charges et produits » présenté hier au Conseil de l’organisme. C’est plus que les économies prévues pour 2018, qui s’élèvent à 1,9 milliards d’euros.

Pour réduire les dépenses, l’Assurance maladie dresse une liste des « actions » et « leviers » à mettre en place. Parmi les éléments phare :

  • Mieux lutter contre les abus et fraudes (220 millions euros d’économies) ;
  • Améliorer la pertinence des soins, notamment sur le transport sanitaire et certains actes techniques (655 millions d’économies) ;
  • Améliorer la pertinence des prescriptions, notamment celle des médicaments (725 millions d’économies).

Encourager les séjours en ambulatoires

Par ailleurs, l’Assurance maladie compte réduire les hospitalisations, en encourageant davantage les séjours en ambulatoire. L’objectif est de parvenir à 1 million de séjours en ambulatoire de plus en 2022. La ministre de la Santé Agnès Buzyn avait déjà annoncé en octobre dernier vouloir faire passer le taux d’intervention en ambulatoire de 54,7% à 70% d’ici 4 ans.

Les antidépresseurs sont également dans le viseur de l’Assurance maladie. L’une des pistes envisagées par l’organisme pour encourager les médecins à mieux les prescrire est de leur accorder une prime en fonction du nombre de patients qui respecteraient la durée recommandée pour les traitements d’au moins 6 mois.