En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Arrêt maladie : les individus vivant avec une personne fragile sont éligibles

Depuis lundi, les individus partageant leur domicile avec des personnes jugées fragiles peuvent bénéficier d’un arrêt de travail, s’ils en font la demande auprès d’un médecin, de préférence par téléconsultation.

teleconsultation

L’Assurance maladie a annoncé la nouvelle mesure lundi sur son site internet. En effet, les personnes vivant sous le même toit qu’un individu, dont l’état de santé est jugé vulnérable, peut désormais bénéficier d’un arrêt de travail. L’objectif est ici « de protéger les proches fragiles (qui, au vu de leur santé, doivent rester chez elle) », précise le site Ameli.

Ces personnes jugées fragiles doivent néanmoins répondre « au titre des pathologies listées par le Haut Conseil de la santé publique ». C’est-à-dire :

  • Les personnes agées de 70 et plus ;
  • Les personnes avec des antécédents cardiovasculaires : hypertension, chirurgie cardiaque… ;
  • Les personnes diabétiques ;
  • Les personnes ayant des pathologies chroniques respiratoires ;
  • Les personnes ayant des insuffisances rénales ou atteintes d’un cancer.

Qu’en est-il en cas de chômage partiel ?

Pour obtenir cet arrêt maladie, les individus concernés doivent en faire la demande auprès de leur médecin traitant, « ou à défaut, par un médecin de ville », ajoute le communiqué. Bien évidemment, il est conseillé de favoriser la téléconsultation, technique à laquelle les Français semblent de plus en plus se familiariser.

L’Assurance maladie précise également la situation dans le cas où le demandeur est en chômage partiel. Si l’activité de son entreprise est interrompue, alors l’arrêt de travail n’est pas possible. Cependant, si l’activité est réduite, il est possible de cumuler le chômage partiel et cet arrêt de travail dérogatoire.