En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Plus longs, les arrêts maladie coûtent de plus en plus chers

Selon les derniers chiffres de l’Assurance maladie, le coût des arrêts maladie a augmenté de 13,4% entre 2013 et 2016. Aujourd’hui ils sont de plus en plus longs et coûteux puisque ce phénomène de santé touche davantage les salariés seniors.

10,4 milliards d’euros, c’est le montant des indemnités journalières reversées sur les douze derniers mois en juin 2018 (+4,6%) selon les chiffres de la Caisse nationale d’assurance maladie. Cette tendance à la hausse se confirme entre 2013 et 2016. Le montant total des arrêts maladie s’est envolé de 13,4%.

Pourtant, les arrêts maladie, arrêts de travail et congés maternités ne sont pas forcément plus fréquents qu’avant. Ils sont tout simplement plus longs et plus coûteux qu’avant. Par exemple en 2016, les arrêts de plus de 6 mois représentaient 6% du total, mais près de la moitié des montants indemnisés.

Les seniors en ligne de mire

L’explication est simple : les arrêts maladie touchent davantage les seniors, toujours en activité avec l’allongement de l’âge de la retraite. Logiquement, ils sont plus sujets aux affections longue durée ou maladies. Ainsi, la durée moyenne d’un arrêt indemnisé est de 76 jours pour les 60 ans et plus, alors qu’elle est 3 fois plus courte pour les 30-34 ans (25 jours).

En plus d’être plus longs, ces arrêts de travail des seniors supposent des indemnisations plus importantes selon l’Assurance maladie. En effet, leurs salaires sont généralement bien plus élevés que la moyenne. D’autant plus que des nouvelles pathologies sont observées auprès de cette tranche d’âge, comme la dépression due à une inadaptation aux nouvelles technologies par exemple.