En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Hausse des arrêts maladie depuis le début de l’année 2018

Les médecins prescrivent de plus en plus d’arrêts de travail. Les dépenses en indemnités journalières ont progressé de près de 6% sur le début de l’année 2018.

arret maladie

Le nombre d’arrêts maladie délivrés par les médecins est en constante hausse. Selon les informations du Figaro, sur les 5 premiers de l’année 2018, les dépenses en indemnités journalières ont augmenté de 5,7%.

Une augmentation qui n’est pas nouvelle, puisque les dépenses progressent de manière continue depuis 2014. En effet en 2017, les dépenses d’indemnités journalières avaient déjà augmenté de 4,4% pour atteindre les 10,3 milliards d’euros. Les années 2015 et 2016 avaient quant à elles été marquées par des hausses respectives de 4,6 et 3,7%.

Plusieurs facteurs explicatifs

Cette recrudescence des arrêts maladie peut s’expliquer de plusieurs manières. D’une part, les cas de burn out ont augmenté ces dernières années. L’Assurance maladie ne les reconnaît pas comme une maladie, mais les spécialistes savent que ce phénomène peut engendrer des maux sérieux, comme la dépression, l’anxiété, un stress post-traumatique…

D’autre part, la hausse des arrêts maladie est certainement liée à l’allongement de la durée de travail. Les Français exercent une activité professionnelle plus longtemps, et avec l’âge, les arrêts maladie s’allongent également. A plus de 60 ans, un arrêt maladie dure en moyenne 2 mois et demi, contre 1 mois pour des salariés plus jeunes.