En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité suite à notre changement de raison sociale dans le cadre d'une réorganisation interne. En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Hausse des affections psychiques liées au travail en 2016

Les affections psychiques dues au travail ont augmenté en 2016. L’Assurance maladie a recensé 10 000 cas reconnus comme accident du travail et 596 comme maladie professionnelle.

salariés complémentaire santé

La CNAM a publié récemment un bilan sur la santé au travail. Il en ressort que les troubles psychiques (dépression, stress post-traumatique, burn out) reconnus comme accident du travail ont augmenté en 2016. En effet, l’Assurance Maladie a recensé pas moins de 10 000 cas sur cette même année. Depuis 2011, les chiffres sont en hausse constante : en 5 ans, les accidents du travail ont progressé de 1% à 1,6%.

En 2016, 596 troubles psychiques ont également été reconnus comme maladie professionnelle. Un chiffre multiplié par 5 en 5 ans. Si les troubles psychiques liés au travail sont en hausse, c’est aussi parce que les assurés sont de plus en plus nombreux à demander une reconnaissance de leur affection. L’Assurance maladie signale que depuis 2012, les demandes sont passées de 200 à 1 100 et devraient atteindre les 1 500 en 2017.

Qui sont les personnes les plus exposées ?

Face aux troubles psychiques, les travailleurs ne sont pas à égalité. D’après l’étude, 3 secteurs d’activité concentrent près de la moitié des cas recensés : le médico-social (18%), le transport (15%) et le commerce de détail (13%), qui partagent tous un fort contact avec le public. Les femmes (60%) sont par ailleurs plus touchées que les hommes et la tranche d’âge la plus représentée est celle des quarantenaires.

L’Assurance maladie invite les entreprises à s’intéresser à la question des actions de prévention des risques psychosociaux au travail. La prise en charge de ces affections psychiques a représenté un budget de 230 millions d’euros en 2016.