En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Covid-19 : quelles solutions pour les parents en cas de fermeture de classe ?

Les fermetures de classe en cascade sont difficiles à gérer pour les parents. Ils peuvent désormais bénéficier d’un arrêt de travail spécial pour pouvoir s’occuper de leurs enfants.

Depuis lundi, si un cas de Covid-19 est détecté dans une classe, celle-ci est automatiquement fermée. Une situation difficile à gérer pour les parents, qui se retrouvent à la fois à devoir travailler et garder leur enfant. Pour pallier ce problème, le gouvernement a annoncé que ces derniers pourront désormais bénéficier d’un arrêt de travail pour garde d’enfants.

Des conditions ont toutefois été fixées. Sont concernés par ces arrêts de travail les salariés du privé qui ne peuvent pas télétravailler et dont l’enfant a moins de 16 ans ou est en situation de handicap, sans limite d’âge. « Les salariés doivent fournir à leur employeur un justificatif attestant de la fermeture de l’établissement ou un document de l’Assurance maladie attestant que leur enfant est considéré comme cas contact à risque et fait l’objet d’une mesure d’isolement à ce titre », ajoute l’Assurance maladie.

Astuce Malynx !

Les personnes en télétravail peuvent également bénéficier de ce type d’arrêt jusqu’à la fin de l’isolement de l’enfant. Une discussion doit être engagée avec l’employeur.

Quelle indemnisation ?

Les salariés sont indemnisés à hauteur de 84% de leur salaire net ou à hauteur de 100% s’ils sont au Smic. C’est l’employeur qui supportera le reste à charge. Les salariés doivent par ailleurs fournir à leur employeur une attestation sur l’honneur pour certifier que seul un des deux parents bénéficie d’un arrêt de travail.

Les non-salariés (professions libérales, indépendants, artistes, auteurs etc.) sont également intégrés au dispositif, dans les mêmes conditions, tout comme les stagiaires de la formation professionnelle. En revanche, « les agents titulaires de la fonction publique travaillant plus de 28 heures ne bénéficient pas du versement d’indemnités journalières », rappelle l’Assurance maladie. Dans leur cas de figure, un justificatif de l’établissement fermé « permet à l’employeur de maintenir ou de placer l’agent en autorisation spéciale d’absence (ASA), lorsque le télétravail est impossible », rappelle l’organisme.