En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Mais d’où vient la hausse des arrêts de travail en France ?

Le nombre d’arrêts de travail en France est en hausse de 5,2% en 2017 et même de 8% pour le mois de janvier 2018 par rapport à l’année dernière. Cette tendance s’accélère depuis 2014, sans comprendre pourquoi, même si certains facteurs sont avancés.

burn out

C’est un problème de santé préoccupant en France. Les arrêts maladie ont coûté 10,3 milliards d’euros à l’Assurance maladie, un montant en hausse de 5,2% en 2017. Une tendance qui ne semble pas s’enrayer puisqu’il a augmenté de 8% au mois de janvier 2018 par rapport à l’année dernière. Ce chiffre se compose au deux-tiers d’un allongement de la durée des arrêts et d’un tiers d’une hausse des indemnités versées.

Selon le journal Les Echos, les raisons de cette recrudescence des arrêts de travail sont encore floues. Certains avancent le stress lié à la crise économique, d’autres parlent davantage de l’accroissement du nombre de salariés. Les médecins, un temps pointés du doigt, sont d’ores et déjà sensibilisés pour corriger les pratiques abusives.

L’essor du burn-out

Pour autant, une des explications les plus répandues repose sur le burn-out ou l’épuisement professionnel. Cette dégradation des conditions de travail liées aux nouvelles technologies causerait plus d’arrêts maladie du fait d’une convergence entre la vie professionnelle et la vie privée.

En effet, 3 cadres sur 4 déclarent se connecter chez eux pour des raisons professionnelles sur leurs temps libres. En particulier, les boites email professionnelles seraient des sources de stress et de peur. Cette question touche d’ailleurs les pouvoirs publics, les pathologies psychiques liées à l’épuisement professionnel pourraient ainsi être bientôt reconnues comme des maladies professionnelles.