En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Santé : bientôt la fin des feuilles d’arrêts maladie ?

Le gouvernement compte mettre fin au système des feuilles d’arrêts maladie au profit d’un processus dématérialisé. Cette nouveauté devrait ralentir la multiplication des arrêts de travail tout en facilitant le traitement des dossiers et les contrôles.

assurance maladie

Vers une solution face à la multiplication du nombre d’arrêts de travail ? Dans ce sens, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a annoncé le dépôt d’un amendement au projet de loi de financement de la Sécurité sociale visant à mettre en place les feuilles d’arrêts maladie dématérialisées. Cette nouveauté serait alors progressivement mise en place dans les prochaines années, selon Les Echos.

Pourtant, un service de déclaration en ligne des arrêts maladie est d’ores et déjà à la disposition des professionnels de santé. Existant depuis 6 ans, ce processus n’a pas encore séduit les médecins alors que des aides à l’équipement informatique dans les cabinets ont été mises en place par les pouvoirs publics.

Faciliter les contrôles et les indemnisations

Selon la Caisse d’Assurance maladie, cet outil permettrait avant tout de modérer les durées des arrêts de travail. En effet, un nombre de jours indicatif est proposé aux professionnels de santé en fonction de la pathologie du patient. En outre, les temps partiels thérapeutiques sont désormais encouragés pour éviter un arrêt de travail.

D’autre part, ces documents matérialisés auront également pour vocation de réduire le temps de traitement des dossiers d’arrêts maladie. Alors que le patient avait 48h auparavant pour envoyer la feuille à l’Assurance maladie et à l’employeur, ce délai serait alors réduit et faciliterait donc les contrôles mais aussi l’envoi des indemnités journalières à l’assuré.