En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Covid-19 : pas d’abus concernant les arrêts de travail automatiques

L’Assurance Maladie a dressé le bilan des arrêts de travail automatiques, 3 semaines après leur lancement. Le dispositif semble fonctionner et l’organisme de santé n’a pas constaté d’abus.

Certaines entreprises redoutaient un absentéisme fort et la CPME (Confédération des petites et moyennes entreprises) craignaient des abus. Mais ce n’est finalement pas le cas. Un mois après le lancement par l’Assurance maladie des arrêts de travail automatiques en cas de suspicion de covid, le bilan est positif.

Comme le rapportent Les Echos, 65 600 demandes d’arrêt ont été enregistrées depuis le 10 janvier. En moyenne, 3 000 arrêts sont délivrés chaque jour, contre 30 000 arrêts quotidiens en moyenne avant la crise sanitaire. « C’est un volume raisonnable, stable et conforme à la cible. La mesure atteint son objectif, donc nous allons poursuivre sa mise en œuvre », a expliqué le directeur de l’Assurance-maladie, Thomas Fatôme, aux Echos.

1,9 jour d’arrêt

En moyenne, la durée d’arrêt des salariés concernés par le dispositif est de 1,9 jour. Les personnes testées négatives reprennent leur travail dès le lendemain. A noter que le taux de positivé chez ces patients en arrêt automatique est particulièrement élevé. Il atteint les 30%, contre près de 7% dans la population générale. « C’est quatre fois plus que le taux normal, ce qui prouve que l’on parvient à toucher le public cible », a commenté Thomas Fatôme.

Les demandes émanent à 68% de salariés du privé, à 16% d’agents de la fonction publique et à 6% de professionnels de santé. Les Caisses d’Assurance maladie réalisent 100 contrôles par jour, particulièrement lorsqu’une demande d’arrêt de travail automatique est renouvelée. Jusque-là, seuls 2% des dossiers étudiés n’étaient pas conformes aux critères d’indemnisation.