Covid-19 : le nombre d’arrêts maladie « automatiques » n’a pas explosé

Les Français n’ont pas abusé des arrêts maladie à la demande, que les travailleurs peuvent obtenir automatiquement depuis peu. Ces arrêts ont pour but de briser rapidement les chaînes de contamination.

Certaines entreprises redoutaient un tel scenario, mais il ne s’est pas produit. Les arrêts maladie « automatiques », que les travailleurs peuvent se procurer eux-mêmes depuis le 10 janvier en cas de suspicion de symptômes du Covid-19, n’ont pas explosé.

Selon les chiffres transmis à franceinfo par l’Assurance Maladie, entre 4 000 et 5 000 arrêts de ce type seraient générés chaque jour. 22 000 autodéclarations de symptômes ont été enregistrées entre le 10 et le 17 janvier, rapportent Les Echos. A titre de comparaison, en année normale, on enregistre en moyenne 30 000 arrêts maladie par jour. On ne constate donc aucune explosion de la demande. Il faudra toutefois un peu plus de recul pour savoir si la tendance se confirme.

Briser les chaînes de contamination

Le dispositif mis en place par l’Assurance Maladie a pour but de permettre aux travailleurs de s’isoler au plus vite lorsqu’ils présentent des signes d’infection par le virus ou qu’ils ont été identifiés comme cas contact. En remplissant un formulaire, ils peuvent obtenir automatiquement un arrêt-maladie sur le site Ameli.fr. Attention : ne sont concernés que les professionnels qui se rendent sur leur site de travail, et non les personnes en télétravail.

Une fois l’arrêt généré, les patients ont deux jours pour aller se faire tester. Si le test est négatif, le travailleur peut reprendre une activité normale dès le lendemain. Si le test est positif, le travailleur est contacté par un conseiller pour recevoir un nouvel arrêt maladie de 7 jours. Dans les deux cas de figure, une prise en charge sans arrêt de carence est prévue.