En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

La fréquence des accidents de travail continue de se réduire

Le nombre d’accidents du travail a atteint un nouveau palier historiquement bas en 2016 d’après les derniers chiffres de la Sécurité sociale. Un des niveaux les plus bas depuis 70 ans.

accident-travail

Avec 626 227 accidents ayant entraîné un arrêt de travail ou une incapacité permanente en 2016, c’est un nombre historiquement bas qui est constaté par la Sécurité sociale. C’est en effet un des niveaux les plus bas depuis 70 ans, avec un indice de fréquence de 33,8 accidents du travail pour 1 000 salariés (33,9 en 2015).

Dans le détail, tous secteurs d’activités confondus, les principales causes d’accidents du travail sont :

  • les manutentions manuelles, à l’origine de 53% des accidents du travail ;
  • les chutes de hauteur ou de plain-pied qui représentent 25% des accidents du travail ;
  • l’outillage à main dans 9% des cas.

Arrêt de travail : quelles sont les démarches ?

La personne en arrêt de travail dispose de 48h pour faire parvenir à sa Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) son avis d’arrêt de travail. L’employeur doit, lui, fournir à l’Assurance maladie une attestation de salaire qui permet le versement d’indemnités journalières.

La prise en charge démarre à partir du 3ème jour dans le cas d’un arrêt maladie (50% du salaire journalier) et immédiatement s’il s’agit d’un accident de travail ou d’une maladie professionnelle (indemnisation à 100%).

La Sécurité sociale ne compense ainsi pas toujours la totalité de la perte de salaire. Le salarié peut alors opter de souscrire une assurance « complément de salaire » auprès d’une mutuelle santé pour une meilleure prise en charge de l’arrêt de travail.