Les données médicales de 500 000 Français ont fuité !

Plusieurs centaines de milliers de fichiers médicaux piratés par des hackeurs ont été diffusés sur le web. Des données volées à des laboratoires de biologie.

donnees medicales infos adn gene

La numérisation de la médecine et de l’administratif a des limites, notamment en termes de protection des données. Le service de vérification de Libération, Checknews, a confirmé que près de 500 000 Français sont victimes d’un piratage de leurs informations médicales confidentielles. La majorité des fichiers ont été volés à des laboratoires de biologie du Nord-Ouest du pays.

Les données ont été diffusées sur internet par les pirates : noms, coordonnées, numéros de Sécurité sociale sont ainsi visibles de tous. Grossesse, traitements médicamenteux, pathologies… Le bilan de santé, totalement confidentiel, est également dévoilé. Ces informations concernent des prélèvements effectués entre 2015 et 2020, période à laquelle ces différents laboratoires ont utilisé le logiciel de saisie édité par le groupe Dedalus.

Un fléau qui s’abat sur le médico-administratif

Le directeur général délégué du groupe, Didier Neyrat, a déclaré : « Nous n’avons aucune certitude quant au fait que ce soit uniquement un logiciel Dedalus France qui est en cause dans cette affaire. Nous avons mis en place une cellule de crise car nous prenons cela au sérieux ». Selon Damien Bancal, journaliste qui a révélé la fuite, le fichier a été diffusé à la suite d’une dispute entre pirates lors de négociations commerciales sur le groupe Telegram spécialisé dans le vol de données.

S’il est certain que 500 000 données ont été diffusées, impossible de savoir si les pirates en possèdent davantage. Les attaques informatiques contre les établissements de santé se multiplient : 27 en 2020 et un rythme d’une attaque par semaine depuis 2021. Mi-février, les hôpitaux de Dax et Villefranche-sur-Saône ont été bloqués par un piratage. Ni la CNIL, ni l’Agence nationale des systèmes d’information, ni la Direction générale de la santé n’étaient en mesure de communiquer sur le sujet.