En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Mutuelle santé : des associations en guerre contre le manque de clarté des contrats

Plusieurs associations dénoncent le manque de lisibilité des contrats de mutuelle santé. Elles demandent aux pouvoirs publics de veiller à une meilleure harmonisation des offres.

Résilier son contrat

Des contrats de santé toujours difficilement compréhensibles pour les consommateurs. C’est ce que dénoncent ce mardi 9 juin plusieurs associations, comme l’UFC-Que Choisir, la CLCV (Consommation, Logement, Cadre de Vie), Familles Rurales et l’Union Nationale des Associations Familiales (UNAF). Dans un communiqué, elles demandent au gouvernement un meilleur « encadrement par la réglementation de la lisibilité et de la comparabilité des offres d’assurance complémentaire ».

Début 2019, les professionnels du secteur s’étaient engagés à rendre les contrats santé plus clairs. Un an et demi plus tard, le compte n’y est pas selon les associations. Elles regrettent une harmonisation des brochures « bien modeste ». Pour comparer les contrats aujourd’hui, les assurés se retrouvent face à « une jungle de références ». En moyenne 180, note le communiqué.

Mettre fin aux mauvaises pratiques

Les associations en appellent au gouvernement pour mettre fin à des « pratiques nocives » qui pénalisent les assurés et favorisent le renoncement aux soins. Tout comme les banques ont harmonisé leurs brochures depuis 2010, elles demandent aux pouvoirs publics plus de contrôle dans le secteur de la santé.

Parmi les demandes en faveur du consommateur :

  • La normalisation de la présentation des contrats, avec un sommaire-type commun à toute la profession ;
  • La distinction des remboursements, selon qu’ils viennent de la Sécurité sociale ou de la complémentaire ;
  • La généralisation, lorsque c’est possible, de la présentation des remboursements en euros, particulièrement pour l’optique, le dentaire et l’auditif ;
  • L’accès aux contrats et tarifs des complémentaires sans avoir à renseigner d’informations personnelles.

Les associations demandent également au gouvernement de ne pas repousser la réforme de la résiliation des mutuelles santé à tout moment, initialement prévue pour une application le 1er décembre 2020.