En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Les mutuelles voient leur croissance ralentie au profit des assureurs

Si les dernières années ont vu les mutuelles gagner en présence dans le marché très concurrentiel de la complémentaire santé, mais elles sont aujourd’hui en large perte de vitesse. Explications.

assurances et mutuelle santé

Les mutuelles ont beaucoup progressé en terme de vente ces dernières années, en cause ? La réforme sur la généralisation de la complémentaire santé de 2016. Celle-ci obligeait les patrons à souscrire une assurance santé pour leurs employés et aura été plutôt efficace à ses débuts. Mais la hausse des souscription est en passe de se stabiliser et les perdants seront les mutuelles. C’est ce que révèle un état des lieux détaillé réalisé par le Fonds CMU-C (fonds de financement de la couverture maladie universelle). Il indique que si les mutuelles continuent leur ascension, elle n’est plus aussi forte qu’au début de la mise en place de la réforme. En effet en 2016, la hausse n’a été que de 0,6% des indicateurs du marché. C’est loin d’égaler la croissance des institutions de prévoyance (2,1%) ou des assureurs (2,7%). Ces deux concurrents continuent alors leur progression alors que celle des mutuelles s’essouffle. Un ralentissement qui profite majoritairement aux assureurs.

Certains assureurs proposent des contrats de prévoyance santé qui apportent les mêmes garanties qu’une mutuelle. La différence entre les deux types d’association est leur but, lucratif ou non. Une mutuelle santé par exemple utilise ses gains pour indemniser ses adhérents.

Les assureurs menacent les mutuelles

Dans les années 2000, les mutuelles étaient largement majoritaires et concentraient 60% des parts du marché de l’assurance santé. Mais leur croissances ralenties profitent aux assureurs proposant des offres de prévention santé. Comme ceux-ci enregistrent une belle progression, ils finissent par gagner du terrain. Aujourd’hui, les mutuelles conservent 52,31% de part de marché et pourraient bien passer sous la barre des 50% alors que les assureurs eux, grimperaient à 30%.