En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Complémentaire santé : Et si le reste à charge zéro augmentait les prix ?

Selon une enquête QualiQuanti pour OpusLine, près de 9 Français sur 10 redoutent une hausse des cotisations des complémentaires santé suite à la mise en place du reste à charge zéro. Une mesure plutôt bien perçue, même si elle demeure méconnue.

hausse cotisation

Les Français sont pessimistes sur les conséquences de la réforme du « 100% santé » dès 2019. Selon une étude QualiQuanti pour OpusLine révélée par Les Echos, près de 90% des Français pensent que l’impact direct du reste à charge zéro sera une hausse des prix des complémentaires santé. Le discours du chef de l’Etat se voulant rassurant n’a donc pas eu l’effet escompté.

Pour autant, 20% des sondés affirment qu’une hausse des cotisations serait « justifiée » dans le cadre du « 100% santé ». Dans tous les cas, 7 Français sur 10 affirment d’ores et déjà être prêts « à payer plus pour mieux se couvrir ». Un chiffre à relativiser alors que de plus en plus de personnes renoncent aux soins, faute d’argent.

Une mesure vue comme « une chance » mais plutôt méconnue

Néanmoins, interrogés sur la réforme en elle-même, les trois-quarts des Français estiment que le reste à charge zéro est « une chance » pour se fournir en lunettes, prothèses dentaires et audioprothèses. Cependant, un manque d’informations sur le sujet semble être un vrai problème (72% des sondés).

Dans ce sens, cette mesure étant méconnue, les sondés ont développé une certaine crainte vis-à-vis de la qualité des soins. 56% des Français estiment donc que les lunettes intégralement remboursées seront forcément de plus mauvaise qualité. Il en est de même pour les audioprothèses pour 52% des sondés.