En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. (En savoir plus)
Nous avons mis à jour notre Politique de confidentialité, en accord avec le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). En continuant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre Politique de confidentialité mise à jour.

Le gouvernement va proposer une complémentaire santé à 1€ par jour

Les personnes aux revenus modestes pourraient prochainement bénéficier d’une complémentaire santé à 1€ par jour maximum. Une proposition intégrée au Plan pauvreté présenté ce jeudi par le gouvernement.

complementaire sante

En matière de santé, le gouvernement s’apprête à faire un geste envers les personnes aux revenus modestes. En effet, une complémentaire santé à 1€ par jour maximum devrait prochainement leur être proposé , selon RTL. La mesure ferait partie du Plan Pauvreté, qui sera présenté par le président Macron le jeudi 13 septembre prochain.

La population concernée par la mesure sera celle qui touche un peu « trop » d’argent pour bénéficier de la CMU-C (la couverture maladie universelle complémentaire), mais pas assez pour faire face aux soins de santé. Il s’agira ainsi de personnes touchant entre 730€ et 980€ mensuels.

Simplifier les procédures

Jusque-là, ces populations pouvaient bénéficier d’une aide, l’ACS (aide à l’acquisition d’une complémentaire santé). Pour autant, seule la moitié des personnes éligibles la demandaient, notamment pour des questions de complexité. Avec la complémentaire santé à maximum 1€/jour, pensée comme une CMU-C élargie, les procédures pourraient être simplifiées.

D’après RTL, cette CMU élargie permettrait aux bénéficiaires de réaliser de réelles économies : jusqu’à 50€ par mois pour un couple de retraités et 30€ par mois pour un couple avec deux enfants. En revanche, la mesure aura un coût important pour la Sécurité sociale, budgeté à plusieurs millions d’euros.

Seuls 5% des Français ne sont pas couverts par une complémentaire santé. Une proportion qui grimpe à 12% chez les 20% les plus pauvres.