En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus
Vous pouvez également consulter notre politique de confidentialité ici.

Les complémentaires santé devront aider la Sécurité sociale

Les complémentaires et mutuelles santé ont réalisé de fortes économies pendant la crise sanitaire. Le gouvernement va leur demander de reverser une contribution exceptionnelle à la Sécurité sociale.

mutuele d'entreprise

2,6 milliards d’euros : c’est le montant qu’auraient économisé les organismes de complémentaires santé lors du confinement en France, selon les données du ministère de l’Economie et des Finances. Ce prix est peut-être surévalué du fait que les cotisations ont baissé pour les assurés dans plusieurs cas et que les soins ont souvent été ajournés, donc devront être remboursés tôt ou tard.

Un porte-parole du ministère, relayé par le journal Les Echos, a expliqué qu’une contribution financière devrait être demandée aux complémentaires santé. Tout d’abord au titre des fortes économies, mais aussi parce que de nombreux tests, consultations et soins ont été remboursés à 100% par la Sécurité sociale pendant le confinement.

Comment trouver une mutuelle pas chère ?
Lire l'article

Soutenir l’Assurance maladie

Dès le 5 juin, le gouvernement a demandé aux mutuelles et complémentaires de faire des propositions. La Mutualité française, qui regroupe 266 mutuelles santé dans le pays, « a d’ores et déjà indiqué au ministère de la Santé qu’elle n’était pas opposée au principe d’une contribution », ajoutant que son but n’était pas de tirer des bénéfices d’une telle crise.

La contribution devrait majoritairement servir à soutenir l’Assurance maladie, dont les comptes ont été plombés pendant le confinement et qui présentera cette année un déficit proche de 31 milliards d’euros. Une réunion se tiendra en septembre avec Olivier Véran (Santé), Olivier Dussopt (Comptes publics) et les complémentaires santé. La question du chiffrage sera au centre du débat.