Travail de nuit : un rapport confirme les dangers sur la santé

 

Un rapport publié par l’Anses met en avant les dangers que représente le travail de nuit sur la santé des Français.

Travail de nuit

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a publié le 22 juin un rapport d’expertise portant sur « une évaluation des risques sanitaires pour les professionnels exposés à des horaires de travail atypiques, notamment de nuit ».

Ce document met en évidence « des risques avérés de troubles du sommeil, de troubles métaboliques », ainsi que des « risques probables cancérogènes, de troubles cardiovasculaires et de troubles psychiques chez les travailleurs concernés ». En 2007, le travail en rotation avait déjà été ajouté à la liste des agents « probablement cancérogènes » par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC).

Evaluer les coûts liés au travail nocturne

Le directeur général adjoint scientifique de l’Anses, Gérard Lasfargues, souligne que « c’est la première fois qu’une agence de sécurité sanitaire se penche sur l’ensemble des risques sanitaires, à court et à long terme, liés au travail de nuit ». Parmi les conseils mis en avant par l’agence, celui « d’évaluer les coûts sociaux associés au travail de nuit (arrêts de travail, maladie professionnelle, absentéisme…) au regard des bénéfices potentiels » ainsi que la réalisation d’un « état des lieux des pratiques de terrain visant à protéger la santé des travailleurs de nuit ».

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres