Tiers payant : les assurances maladie présentent leurs solutions techniques

 

Tandis que les acteurs de l’assurance maladie dévoilent leurs solutions techniques pour la généralisation du tiers payant, les médecins continuent à exprimer leur mécontentement et leurs réserves.  

Généralisation tiers payant

Comment mettre en oeuvre concrètement le tiers payant ? Premier constat : un flux unique de paiements géré par l’Assurance maladie serait probablement trop complexe, aussi bien d’un point de vue administratif que juridique. Les assureurs se sont donc penchés sur le sujet et ont imaginé deux scénarios pour une généralisation du dispositif à l’échelle du territoire :

  • Un système de suivi automatique des paiements

Les assureurs intégreraient ce système dans leur logiciel et pourraient savoir, pour chaque acte ou consultation réalisé, si la facturation a bien été émise, reçue, traitée, puis payée par l’Assurance maladie et la complémentaire santé.

  • Un opérateur intermédiaire pour gérer le flux des paiements

Dans ce scénario, les médecins feraient appel à un organisme extérieur (comme c’est aujourd’hui le cas avec les pharmaciens) pour gérer les flux de facturation et les retours avec les organismes payeurs. Pour quelques dizaines d’euros par mois, ces organismes concentrateurs tiers (OCT) auraient l’expertise financière nécessaires pour assumer l’énorme trafic que représente les remboursements d’Assurance maladie.


La dispense d’avance de frais est une des mesures phares du projet de loi Santé
, validée par le Conseil Constitutionnel. Si l’opinion publique est favorable à cette évolution, le corps des médecins voit d’un œil mauvais la surcharge de paperasse et le risque de retards de paiement qu’induisent la mesure.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres