Vers une réduction du nombre d’ophtalmologistes

 

Le nombre d’internes en ophtalmologie sera réduit à 149 postes pour la rentrée 2016, soit 10 de moins qu’en 2015. Le SNOF tire la sonnette d’alarme.

Ophtalmologiste

Dans un communiqué, le président du SNOF (Syndicat national des ophtalmologistes de France), Thierry Bour, se dit indigné de la diminution du nombre de postes d’internes en ophtalmologie. Le syndicat souligne une incohérence vis-à-vis du travail mené pour réduire les délais d’attente, actuellement estimés à plus de 100 jours d’attente en moyenne en raison de la pénurie de praticiens. Pour Thierry Bour, « l’accès aux soins doit être une priorité. La santé visuelle des patients est mise en danger par le déficit d’ophtalmologistes sur l’ensemble du territoire ».

Un renouvellement des praticiens insuffisant

Malgré une amélioration des chiffres depuis plusieurs années (le nombre de postes d’internes ouverts est passé de 123 en 2012 à 159 en 2015), Thierry Bour explique que « cette nouvelle baisse vient ruiner [leurs] espoirs de parvenir un jour à l’équilibre des soins entre offre et demande ».

« Chaque année, de 200 à 250 ophtalmologistes partent à la retraite. Si seuls 150 arrivent sur le marché, cela représente un déficit d’environ 100 spécialistes. Quelle spécialité médicale peut survivre à une telle pénurie organisée ? », s’indigne le président du SNOF.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres