Pollution au diesel : effets néfastes sur la santé des fœtus

 

D’après une équipe franco-néerlandaise de chercheurs, les particules ultra-fines dégagées par les gaz d’échappement menacent le développement des fœtus chez les femmes enceintes.

Femme enceinte

Publiés sur le site Particle and Fibre Toxicology, les résultats de l’étude démontrent l’absence de protection de la part de la barrière placentaire contre la pollution atmosphérique. Ainsi, le développement du fœtus et les fonctions placentaires sont altérés si la mère est régulièrement exposée à un air pollué durant la grossesse. Des dégâts d’autant plus importants qu’ils ont été observés jusqu’à la 2ème génération.

« Nous avons vu des nanoparticules, que nous devons encore caractériser précisément, qui avaient traversé le placenta et que l’on retrouvait dans le sang fœtal », annonce Pascale Chavatte-Palmer, directrice de recherche à l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), avant de conclure, « clairement, le fœtus n’est pas protégé par le placenta ».

Une étude menée sur un modèle animal

Pour obtenir ces résultats, les chercheurs ont exposé 16 lapines en état de gestation à des émissions de particules équivalentes à celles d’un pot d’échappement de véhicule diesel. « On sait que le diesel génère des particules ultra-fines, d’une taille inférieure à 100 nanomètres », explique Pascale Chavatte-Palmer.

Les lapines cobayes ont été exposées 2h par jour, 5 jours par semaine. « Cela correspond à l’exposition journalière d’une femme habitant près d’une grande artère et soumise matin et soir aux gaz d’échappement lors d’un pic de pollution », précise la chercheuse.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres