Cancer du sein : les sels d’aluminium des déodorants mis en cause

 

D’après une étude publiée par deux chercheurs suisses, les sels d’aluminium présents dans les déodorants favoriseraient le cancer du sein.

Cancer du sein

Parue dans l’International Journal of Cancer, l’étude du professeur André-Pascal Sappino et du docteur Stefano Mandriota, oncologue et chercheur suisses, met en cause les sels d’aluminium, composant essentiel des déodorants, dans le développement du cancer du sein.

En réalisant des expériences sur les cellules mammaires de souris cobayes, « on a constaté le développement de tumeurs à des degrés divers, mais parfois très agressives, formant des métastases », ont annoncé les chercheurs.

Parmi les remarques les plus alarmantes, la présence de 80% des tumeurs dans le creux de l’aisselle, qui possède un épiderme extrêmement perméable. Les 2 scientifiques ont expliqué que leurs travaux « ont démontré que ces sels ne sont pas inoffensifs mais qu’ils sont mutagènes » induisant des altérations marquées récapitulant des étapes clé de la transformation maligne.

L’omniprésence des sels d’aluminium

Les sels d’aluminium sont présents dans les emballages et additifs alimentaires, mais également dans les cosmétiques, dont les déodorants. Malgré sa dangerosité, le taux autorisé de 0,6% n’est jamais indiqué sur les étiquettes des produits. Selon le professeur Sappino, « il est clair que c’est un réquisitoire qui s’alourdit à l’encontre de ces sels ».

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres