Vers l’interdiction de la cigarette électronique dans les lieux publics ?

Bien qu’étant de plus en plus populaire (3 millions de personnes en France déclarent l’avoir déjà essayé), la cigarette électronique (ou e-cigarette) est l’objet de controverses. Un rapport d’experts a été remis à Marisol Touraine, ministre de la Santé, donnant plusieurs recommandations pour encadrer son utilisation. Les experts suggèrent notamment son interdiction dans les lieux publics.

La cigarette électronique moins toxique

Le rapport reconnaît avant tout que la cigarette électronique est moins toxique que le tabac. Elle n’émet pas de monoxyde de carbone, ni de particules solides, ni de quantité significative de cancérogènes. Mais pourtant, la prudence reste de mise.

Le pneumologue ayant dirigé l’enquête, Bertrand Dautzenberg, craint que l’e-cigarette ne devienne le premier pas vers le tabac. 64% des 12-14 ans qui ont essayé la cigarette électronique n’avaient jamais fumé avant. De même, certains e-liquides (qui servent à créer la vapeur) contiennent de la nicotine, la substance à l’origine de l’addiction au tabac.

Afin d’éviter que la cigarette électronique ne tente les non-fumeurs, les experts ont donc formulé plusieurs recommandations.

Réguler l’utilisation de l’e-cigarette

L’une des mesures phares serait d’interdire son utilisation dans les lieux où le tabac est interdit. Les fabricants protestent et déclarent qu’une telle restriction serait une menace contre le marché de la cigarette électronique.

Mais ce n’est pas tout. Le rapport préconise également d’aligner la réglementation concernant la cigarette électronique sur celle du tabac. Cela consisterait par exemple à interdire sa publicité ou sa vente aux mineurs. De plus, son utilisation serait déconseillée aux femmes enceintes et allaitantes «du fait de l’absence de toute donnée démontrant leur totale innocuité». Pour les mêmes raisons, les experts mettent en garde contre une utilisation au-delà de 6 mois.

Enfin, l’information des utilisateurs devrait être renforcée. L’emballage devrait comporter «un avertissement sanitaire conforme», ainsi que la composition des e-liquides et des informations sur leur innocuité. La teneur en nicotine devrait également être limitée.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres