La vente de médicaments sur Internet bientôt permise ?

Selon un article publié sur le site du Monde.fr ce vendredi 21 décembre 2012, intitulé «La ministre de la santé autorise la vente de médicaments par les pharmacies sur Internet», Marisol Touraine aurait présenté mercredi 19 décembre en conseil des ministres une ordonnance visant à autoriser la vente de médicaments en libre-accès sur Internet.

Cette ordonnance qui devrait donner naissance à un décret d’application, a pour origine une directive européenne que la France doit transposer, dans le strict respect du droit communautaire, avant le 02 janvier 2013.

Quels sont les sites concernés?

Légitimement surpris par une telle information, vous vous demandez si l’autorisation de vente de médicaments sur Internet ne relève pas de la pure folie. En effet, en lecteur assidu des articles du comparateur mutuelle LeLynx.fr, vous n’êtes pas sans savoir que depuis 2009, la Commission européenne ne cesse d’alerter l’opinion publique sur les médicaments contrefaits vendus sur Internet justement.

L’OMS et l’ONU ont aussi régulièrement tiré la sonnette d’alarme sur la question de la contrefaçon de plusieurs médicaments vendus en ligne.

Tout ceci n’a donc pas empêché la même commission européenne d’élaborer une directive que tous les pays membres de l’UE doivent transposer, en matière de ventes de médicaments sur Internet, avec toutefois la possibilité laissée aux États d’y ajouter leurs conditions.

Ainsi, détendez-vous, tout ceci apparaît comme étant largement contrôlé puisque LeMonde.fr nous dit qu’en France, le ministère de la Santé compteautoriser la vente de médicaments en ligne :

  • à partir du site Internet d’une officine de pharmacie;
  • en la limitant aux seuls médicaments en libre accès (contre les maux de gorge, estomac, douleurs…);
  • en s’assurant que les sites ont bien reçu l’aval de l’autorité régionale de santé dont ils dépendent;
  • en s’assurant également qu’ils aient été déclarés à l’ordre des pharmaciens.

Pour éviter toute méprise, l’ordonnance précise en outre que des logos habilleront les sites autorisés à la vente de médicaments en ligne et qu’une liste desdits sites sera disponible sur un site officiel.

L’idée est donc finalement de pouvoir bien mieux lutter contre la contrefaçon des médicaments sur le net, en ayant la main sur la vente de médicaments, du moins on l’espère…

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres