La vente des médicaments Actos et Competact suspendue

Depuis le scandale du Mediator, il ne se passe pas un mois sans que l’Afssaps demande le retrait du marché d’un médicament qu’elle juge suspect.

Ainsi, jeudi 09 juin, l’Agence française de sécurité sanitaire a publié un communiqué dans lequel elle demande aux médecins de ne «plus prescrire de médicaments contenant de la pioglitazone», principe actif de 2 médicaments antidiabétiques, l’Actos et le Competact.

Les risques liés à la pioglitazone

Dans son communiqué du 09 juin, l’Afssaps fait part d’une étude menée par l’assurance maladie, aux termes de laquelle celle-ci a observé «une faible augmentation du risque de cancer de la vessie chez les patients traités par pioglitazone».

Aujourd’hui, 230000 personnes seraient traitées par pioglitazone. L’Afssaps a ainsi précisé que leur traitement ne devait pas être interrompu mais qu’ils devaient consulter leurs médecins traitants.

La décision d’interdire les 2 médicaments incriminés: l’Actos et le Competact intervient alors que l’Afssaps avait tiré la sonnette d’alarme le 19 avril dernier en demandant la réévaluation du rapport bénéfice/doute.

L’Actos, médicament à vignette blanche, était remboursé à 65% du tarif de convention fixé par la sécu.

Êtes-vous bien couvert pour vos risques santé? Sur LeLynx.fr, comparatif mutuelle, trouvez une complémentaire santé à un prix très compétitif et qui vous fasse bénéficier des meilleures garanties.

Source: Reuters

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres