Suspension des ventes de Diane 35

L’agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a statué mercredi 30 janvier sur la suspension de l’autorisation de mise sur le marché (AMM) du médicament Diane 35, abusivement détourné en contraceptif avec la complaisance de tous les acteurs concernés de près ou de loin depuis 25 ans.

Pour rappel, un communiqué de l’ANSM publié le 27 janvier faisait état de la mort de 4 personnes liée à la prise de Diane 35.

Diane 35, un médicament anti-acnéique insuffisant

Dominique Maraninchi, le directeur de l’ANSM aurait motivé sa décision de suspendre les ventes de Diane 35 par un rapport bénéfice-risque jugé «défavorable dans le traitement de l’acné», étant entendu que le médicament présente des risques thromboemboliques veineux et artériels.

Qui plus est, nous dit LeMonde.fr, c’est aussi le détournement de ce médicament en contraceptif qui est visé par ladite suspension d’AMM. Étant donné que Diane 35 n’a pas reçu d’autorisation pour une utilisation en tant que pilule contraceptive, sa suspension serait aussi un moyen de payer les pots qu’on a aidé à casser, puisqu’il est de notoriété publique que le médicament est largement prescrit comme contraceptif depuis plus d’une vingtaine d’années.

La suspension des ventes de Diane 35 sera effective dans 3 mois. D’ici là, l’agence recommande aux femmes suivant ce traitement de ne pas l’interrompre et de consulter un médecin.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres