Le sport prescrit sur ordonnance ?

L’Académie de médecine a proposé dans un communiqué rendu public le 30 octobre de permettre aux médecins de prescrire à leurs patients la pratique d’une activité physique et sportive (APS) sur ordonnance. Celle-ci pourra ainsi être remboursée par la sécurité sociale.

Considérant que plusieurs rapports ont déjà permis de «soulign[er] les bénéfices d’une pratique « Régulière, Raisonnée, Raisonnable » pour la santé du sujet sain et du sujet malade découlant naturellement des activités physiques et sportives (APS)», l’Académie de médecine constate que «la pratique des APS en France [est] anormalement faible.»

Une solution pour réduire la consommation de médicaments en France?

En comparant les risques de mortalité liés à la sédentarité à ceux du tabagisme qu’elle juge similaires, l’Académie de médecine rappelle qu’il «est de la responsabilité des pouvoirs publics du fait de l’importance de ce sujet qui ne peut être occulté, de prendre toutes les mesures pour corriger cette situation alarmante

Pour l’Académie, les bénéfices engendrés par la pratique régulière d’une activité physique et sportive ne sont plus à démontrer et peuvent dès lors être listés:

  • Allongement de l’espérance de vie en bonne santé et retard à la dépendance: «Une dépense énergétique supplémentaire de 1000 à 1700 Kcal par semaine est associée à une réduction significative de la mortalité. Une étude prospective, publiée en 2007, portant sur 250000 sujets montre qu’une pratique d’APS d’intensité modérée (au moins trois heures par semaine), ou même d’au moins 20 mn trois fois par semaine, s’accompagne d’une réduction du risque de mortalité de l’ordre de 30 %.», nous dit le rapport;
  • Effet très positif sur le bien-être immédiat, l’anxiété et la dépression;
  • Complément thérapeutique dans le traitement de certaines maladies, type diabète ou hypertension.

En permettant la prescription de sports sur ordonnance, l’Académie de médecine entend réduire la consommation de médicaments par les Français. En effet, en précisant que «sur l’ordonnance devront figurer le détail des activités physiques à poursuivre : la nature et le contexte de la pratique, l’intensité, la durée des séances et la fréquence des séances, les mesures associées, le suivi et les contrôle médicaux à observer», l’Académie envisage leur prise en charge par l’assurance maladie.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres