Les salles de shoot, c’est quoi ?

Si vous suivez un tant soit peu l’actualité gouvernementale, vous avez sans doute entendu parler de l’annonce faite par Matignon mardi 05 février concernant l’ouverture potentielle d’une salle de shoot à Paris, près de la gare du Nord dans le Xe arrondissement.

Pour autant, vous ne savez pas du tout ce qui est ici visé et naturellement curieux, vous voudriez en savoir plus sur lesdites salles de shoot. Suivez donc votre comparateur mutuelle LeLynx.fr.

À quoi sert une salle de consommation de drogues?

Les plus âgés d’entre vous se souviendront sans doute des programmes d’échanges de seringue (PES) expérimentés en France en 1989 et légalisés à partir de 1995. Pour rappel, ces programmes qui s’inscrivent dans une politique de réduction des risques, «sont des structures qui mettent à disposition des usagers de drogues injectables du matériel d’injection stérile (gratuitement ou non) dans le but de réduire la transmission des virus et autres infections liée au partage de matériel de consommation.»

L’idée a donc ainsi été et ce depuis la fin des années 1980, de prévenir la transmission des virus et notamment du VIH en évitant que les usagers de drogue se partagent une même seringue.

Dans une optique similaire, Matignon a annoncé mardi 05 février que le feu vert était donné à l’ouverture d’une salle de consommation de drogues à Paris, dont le but est de «permettre de réduire la mortalité, les infections et le risque « d’injections sauvages » dans les rues en permettant aux toxicomanes de consommer leurs produits dans de meilleures conditions d’hygiène et sous la supervision de médecins, d’éducateurs et d’infirmières.»

Cette décision, qui peut paraître surprenante tant elle est le fruit d’un raisonnement éclairédont on n’a pas forcément l’habitude en France, semble avoir été prise après le constat qu’une telle expérimentation fonctionne bien à l’étranger, et notamment en Suisse qui compte plusieurs salles de shoot.

Toutefois, en dépit de l’exemple suisse, vous vous doutez naturellement qu’une telle décision ne plaît pas à tout le monde, loin s’en faut. Sans surprise, les voix de députés UMP se sont élevés contre cette mesure en arguant que le gouvernement «vient, ni plus ni moins, de banaliser, d’encourager et de légaliser la consommation de drogues, ce malgré les expérimentations très peu concluantes faites à l’étranger.»

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres