Pilule contraceptive : 2 500 accidents et 20 décès par an en France

Alors que l’affolement concernant les pilules contraceptives ne cesse de grandir, à cause notamment des risques sur la santé liés à la prise des pilules de 3e et 4e générations révélés récemment par les instances sanitaires, alors que 4,27 millions de femmes utiliseraient ce contraceptif oral, l’Agence du médicament (ANSM) rend compte, dans un rapport publié le 26 mars, de chiffres alarmants.

En effet, aux termes du rapport, la pilule contraceptive, toutes générations confondues, serait responsable de plus de 2 500 accidents par formation de caillots dans les veines et de 20 décès prématurés de femmes par an.

14 décès prématurés attribuables aux pilules de 3e et 4e générations

LeParisien.fr indique que le rapport de l’ANSM fait précisément état de 2 529 accidents thromboemboliques veineux et 20 décès prématurés. Sur ces 20 décès, 14 seraient directement imputables à la prise de pilules de 3e et 4e génération.

Le rapport révèle par ailleurs que sur les 2529 accidents thromboemboliques annuels, 1751 sont attribuables aux contraceptifs oraux des deux dernières générations.

L’agence rappelle à ce titre les précautions que les professionnels doivent prendre pour éviter le risque de survenue d’accidents thromboemboliques:

  • L’utilisation en seconde intention des COC de 3ème et de 4ème génération;
  • La prise en compte des facteurs de risque avant toute prescription;
  • La sensibilisation des femmes et des professionnels de santé au risque d’accidents thromboemboliques veineux et aux signes associés devant les alerter et amener à consulter pour une prise en charge précoce;

Le recours au moyen de contraception le mieux adapté à chaque utilisatrice.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres