Perturbateurs endocriniens et cosmétiques, quels sont les risques ?

Les perturbateurs endocriniens sont des molécules qui, comme leur nom l’indique, troublent l’équilibre hormonal en bloquant, imitant ou modifiant l’action d’une hormone du corps. Elles seraient responsables de nombreuses maladies, comme le cancer du sein.

Si ces derniers temps, le Bisphénol A, un perturbateur endocrinien présent dans l’alimentation, est celui qui fait le plus parler de lui, on trouve également des perturbateurs dans les produits d’hygiène et les cosmétiques.

Le magazine UFC-Que Choisir présente dans son numéro d’avril 2013 les résultats de l’étude qu’il a conduite sur les perturbateurs endocriniens présents dans les cosmétiques et les produits d’hygiène.

Des perturbateurs endocriniens dans les produits d’hygiène

On y apprend que de nombreux produits d’hygiène contiennent des perturbateurs endocriniens de plusieurs types. Leur présence et leur quantité varie selon les produits. Par exemple, si l’on trouve peu de propylparaben dans les dentifrices, il est déjà bien plus commun dans les shampoings et les gels douches.

D’après UFC-Que Choisir, les risques présentés par ces perturbateurs dépendent du produit utilisé et de sa combinaison avec un autre. Un produit utilisé seul peut ne présenter que peu de danger, mais en combinaison avec un autre produit contenant la même molécule, les risques pourraient être décuplés.

Cependant, la dangerosité de ces perturbateurs endocriniens reste encore difficile à évaluer, faute d’études sur le sujet. Si la teneur maximale en molécules imposée par la loi dans ces produits est bien en-dessous du seuil de risque, les toxicologues interrogés par le magazine précisent bien que leurs effets sont encore mal connus et qu’ils peuvent agir même à très petite dose. Pour l’heure, on soupçonne qu’ils pourraient jouer un rôle dans le développement de diverses maladies comme des cancers ou de l’infertilité.

Quels sont les perturbateurs endocriniens présents dans les cosmétiques?

Sont considérés comme perturbateurs endocriniens:

  • Le propylparaben, cancérigène, présent entre autres dans les gels douche et les shampoings;
  • Le triclosan, que l’on trouve dans certains dentifrices et déodorants et qui bloque l’activité de la glande thyroïde;
  • Les siloxanes, notamment présents dans les fonds de teint, qui pourraient dégrader le réseau neuronal, perturber les organes reproducteurs et favoriser l’apparition de tumeurs;
  • L’éthylhexyl méthoxycinnamate, cancérigène, présent avant tout dans les crèmes solaires ou pour le visage, les baumes et rouges à lèvres et les fonds de teint.

Ces quatre molécules sont les plus dangereuses. Mais il y en a également d’autres à éviter:

  • Les benzophénones 1, (dans les vernis à ongles), 3 (parfois dans les déodorants) et 4 (surtout dans les gels douche et les savons), cancérigènes;
  • Le butylparaben, cancérigène, largement répandu (shampoings, crèmes solaires, baumes et rouges à lèvre…);
  • Le méthylparaben et l’ethylparaben, cancérigènes, très présents dans les laits corporels et les crèmes pour le visage.

Quelles mesures prendre contre les perturbateurs endocriniens?

Dans le cas des cosmétiques, il y a plusieurs mesures que l’on peut prendre afin de limiter son exposition aux perturbateurs endocriniens.

La première solution, logique, consiste à bien étudier les étiquettes afin d’éviter les substances à risque. Pour l’instant, d’après UFC-Que Choisir, elles ne sont pas toujours fiables, puisque le magazine a retrouvé des molécules dangereuses non indiquées sur l’emballage de certains produits. Cependant, la nouvelle réglementation européenne sur les cosmétiques qui entrera en vigueur le 11 juillet 2013 interdira ces approximations. Dans le doute, vous pouvez vous tourner vers les labels bio, plus stricts avec les perturbateurs endocriniens.

Limitez votre consommation de cosmétiques si vous êtes enceinte. Et pour les enfants, n’utilisez que des produits qui leur sont destinés car ils sont souvent moins riches en perturbateurs endocriniens que ceux pour adultes.

Pour éviter l’effet cocktail, faites attention à ne pas combiner plusieurs cosmétiques de même nature dans la même journée (comme une crème solaire avec un lait corporel). Soyez particulièrement vigilant avec les produits qui restent sur la peau, comme les déodorants ou les crèmes pour le visage.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres