Bientôt plus de médecins généralistes à Paris ?

De plus en plus de médecins quittent Paris notamment à cause du prix de l’immobilier. Selon les Atlas régionaux de la démographie médicale publiée ce jeudi 28 novembre par le Conseil de l’ordre des médecins, le nombre total de généralistes (libéraux et hospitaliers) a baissé de 19% de 2007 à 2013 dans la capitale.

Un phénomène qui devrait empirer

D’après les Atlas régionaux de la démographie médicale, publiés ce jeudi 28 novembre, par le Conseil national de l’ordre des médecins, le nombre total de généralistes (libéraux et hospitaliers) entre 2007 et 2013 est passé de 5798 à 4694. D’après leurs projections, cette diminution devrait continuer pour passer à 4037 généralistes en 2018. En l’espace de 11 ans, on assiste à une baisse d’effectif de 30% avec 1761 généralistes en moins.

Concernant l’âge moyen des praticiens, il est plutôt élevé puisqu’il est de 54 ans. Et les prix de l’immobilier sont tels que peu de jeunes ont les moyens de s’installer dans la capitale.

Autre phénomène à noter, la forte proportion de généralistes qui se spécialisent (homéopathie, acupuncture, médecine d’urgence etc.) dans le but de gagner plus. Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) d’Ile de France, qui a réalisé l’étude note que le nombre de «vrais» généralistes est même inférieur à la moyenne.

Plus de spécialistes que dans les autres régions

Il faut noter que Paris possède beaucoup de médecins spécialistes comparé aux autres régions. C’est aussi là où la densité de médecin est la plus forte puisque on compte 690,6 praticiens pour 100000 habitants dont 207 généralistes et 483,6 spécialistes (contre 300 en moyenne en France).

A Paris, 41,4% des généralistes exercent exclusivement en cabinet contre 50,6% en Seine Saint Denis, 57,7% dans l’Essonne ou 59,7% dans les Yvelines et en Seine et Marne. Selon l’Ordre des médecins, les généralistes libéraux et mixtes (cabinet et hôpital) ne devraient plus être que 2000 dans cinq ans. Le risque est de voir les patients se tourner vers les établissements hospitaliers et les urgences.

Ceci dit, le manque de généralistes n’est pas encore alarmant dans la capitale puisque la plupart des arrondissements restent très bien pourvus, seuls les arrondissements de l’est parisien (18eme, 19eme, 20eme et 10eme arrondissement) sont «seulement» dans la moyenne nationale.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres