Sondage LeLynx.fr : 60 % des sondés opposés au don d’organes « automatique »

don-organes-automatique
Vous avez été 722 à nous donner votre avis anonymement sur le sujet très sensible du don d’organes automatique, et 60 % d’entre vous sont fermement opposés aux prélèvements post-mortem sans consentement, même dans le but de sauver des vies.
 

Pour rappel : le projet de loi Santé de Marisol Touraine bouscule les mentalités en facilitant le prélèvement d’organes. Chaque patient décédé fera don automatiquement de ses organes à une (ou plusieurs) personne(s) en attente d’une greffe, sauf en cas d’inscription préalable au registre national des refus.

sondage don d'organes
Sondage exclusif réalisé auprès de 722 utilisateurs anonymes de LeLynx.fr – avril 2015.

 Mon corps m’appartient, point

« La France n’est pas une dictature ! » C’est la crainte redondante des sondés opposés au don d’organes automatique : la privation de liberté. Le corps est perçu comme un espace profondément intime (« J’aurais le sentiment d’un viol »), parfois spirituel (« C’est contre ma religion »), mais toujours déconnecté de la notion de collectivité (« Halte aux diktats des politiques qui veulent tout réglementer sans consulter le peuple »).

Ancrés dans l’émotion, les utilisateurs défavorables au don d’organes automatique redoutent des dérives graves, comme la désacralisation du corps humain (« Nous allons devenir des machines en pièces détachés »), voire sa marchandisation (« Ça commence comme ça et après on sacrifiera des citoyens de seconde zone pour greffer des organes à des gens riches »).

Un sondé souligne également les difficultés techniques induites par ce nouveau procédé : « Cela suppose de créer un fichier de compatibilité dès la naissance, sans l’accord de l’individu, à moins que l’on puisse faire ces tests sur un cadavre ? Si le registre de donneurs est insuffisant, le fichier des refus confirmera cette volonté de chacun de conserver sa complète individualité intellectuelle, religieuse et culturelle. »

Généralisons un acte qui sauve des vies

Une dimension frappante : la personne de l’autre côté du rideau d’hôpital, en attente d’une greffe pour survivre, est quasiment absente des réflexions sur la liberté de disposer de son corps. En revanche, elle se trouve au cœur des préoccupations des sondés favorables au don automatique : « Mieux vaut une personne vivante que deux mortes ! », « Pensez que ce don pourrait être pour une personne de votre entourage et que vous aimez énormément ».

Pour certains, il s’agit d’une étape nécessaire à la généralisation de ce procédé qui sauve de nombreuses vies : « Très vite, les gens ne verront plus que l’intérêt de la chose et le don entrera alors naturellement dans les mœurs ». Un sondé met également le doigt sur un paradoxe : « Une carte de donneurs d’organes signée peut être remise en cause par la famille dans les moments d’émotion qui suivent la mort ».

Les internautes favorables soulignent à l’unanimité les dimensions de solidarité et de générosité du don d’organes : « C’est un geste social qui ne coûte rien ». Alors que certains imaginent une solution radicale pour inciter les Français à s’engager (« L’inscription au registre des refus devrait aussi impliquer automatiquement l’interdiction à bénéficier d’une éventuelle greffe »), la plupart des sondés espèrent que cette mesure fera changer les mentalités : « Rien n’est plus précieux que la vie. Notre mort permettra de donner l’espoir et du bonheur à un autre être humain. »

don d'organes automatique

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres