En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Mutuelles étudiantes : vers une prise en charge par l’Assurance maladie


Il semblerait que les contrariétés rencontrées par les étudiants affiliés à la LMDE touchent à leur fin. Après sa récente mise sous tutelle pour cause de déficit, la mutuelle devrait bientôt être gérée par l’Assurance maladie. Une décision qui annonce une simplification du régime étudiant pour un meilleur accès aux soins.

Remboursements interminables, cartes vitales défectueuses, retard de transfert de dossiers… Depuis des mois, la LMDE est à bout de souffle. Et pour cause, la première mutuelle étudiante accuse une dette de 35 millions d’euros, dont 5 millions concernant le remboursement de frais de santé. Ce 12 mai, la pénible situation trouvait finalement une issue avec l’annonce du transfert de la gestion de la mutuelle vers l’Assurance maladie. Une bonne nouvelle pour les quelques 920 000 étudiants affiliés à la LMDE, soumis aux difficultés de leur sécurité sociale. Prochainement, le régime obligatoire devrait être dirigé par la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam), tandis que le volet complémentaire reviendra à l’Intériale, une mutuelle habituellement adressée aux fonctionnaires.

Un système défaillant

L’annonce intervient au moment même où un rapport du Défenseur des droits épingle de nombreux dysfonctionnements de la LMDE. Entre fin 2014 et février 2015, 1 500 étudiants ont été interrogés sur les services de leur mutuelle, mettant en lumière des résultats plus qu’alarmants. L’organisme fait en effet face à un double problème : d’une part, une mauvaise gestion des demandes de leurs assurés, de l’autre, un manque d’informations sur les services à leur disposition.

Ainsi, 57 % des étudiants disent rencontrer des difficultés pour obtenir le remboursement de leurs dépenses de santé et 67 % estiment ne pas se sentir écoutés par les interlocuteurs de la LMDE. La situation est d’autant plus préoccupante pour les jeunes souffrant d’affections longue durée (ALD) : le document rapporte le témoignage d’un étudiant atteint du cancer contraint de faire l’avance de ses lourdes dépenses de santé alors que son état aurait dû, au contraire, lui permettre de bénéficier d’une prise en charge à 100 %. Au final, les étudiants sont bien plus mal soignés que la plupart des assurés, malgré une cotisation annuelle de 213 € en moyenne.

Quel avenir pour les mutuelles étudiantes ?

Alors que l’Assurance maladie vient aujourd’hui au secours de la LMDE, fort à parier que les autres mutuelles étudiantes se dirigent, dans les années à venir, vers un régime général du même type. Selon un rapport de la Cour des comptes de décembre 2013, le rattachement des étudiants à la Cnam pourrait générer une économie de 69 millions d’euros pour le gouvernement. Une réforme profonde qui remettrait en question un système de sécurité sociale étudiante unique en Europe.