La méthode EMMA : un moyen de détecter la prédisposition au cancer du sein

Une méthode de détection plus fiable, plus rapide et plus économique. Tels sont les qualificatifs que l’InstitutCurie a trouvé pour caractériser la nouvelle méthode Emma. Testée sur 1525 patientes, cette méthode permet de détecter des mutations potentielles des gènes BRCA1 et BRCA2, prédisposant au risque de développer un cancer du sein.

En effet, selon un communiqué de l’Institut Curie: «Une femme porteuse d’une mutation (ou altération) d’un des gènes BRCA a au cours de sa vie un risque 8 fois supérieur à celui de la population générale de développer un cancer du sein», qui plus est de manière précoce, généralement à 40 ans.

Méthode EMMA pour le dépistage des prédispositions génétiques au cancer du sein

En France, on estime à 5% le pourcentage de cancers du sein d’origine génétique. Ainsi, dans le cadre de la méthode EMMA, la recherche de prédisposition génétique est proposée aux femmes présentant des risques.

Les risques étant «le nombre de cancers dans la famille, leur localisation, l’âge de leur survenue, le type de cancer…».

Les femmes présentant une certaine prédisposition sont ensuite soumises à une prise de sang afin de rechercher une mutation dans les gènes BRCA1 et BRCA2.

C’est justement là qu’intervient la méthode EMMA, «bien adaptée à la recherche de mutations inconnues sur des gènes multiples ou de grande taille».

Cette nouvelle méthode offre bien des avantages: «7 jours de travail d’un technicien sont nécessaires pour une analyse génétique complète chez 30 femmes, soit 4 fois moins qu’avec la technique actuelle. De plus, les coûts de l’analyse sont réduits de moitié.»

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres