En continuant la navigation, vous acceptez les cookies. Ils nous permettent d'améliorer nos contenus pour vous proposer des services adaptés. En savoir plus

Quand les étudiants se dopent pour réussir leurs examens


Stress des examens, longues nuits de révisions : les étudiants ne sont pas à court d’idées pour augmenter leurs capacités, leur mémoire ainsi que leur concentration. A l’occasion de la période des examens de fin d’année, retour sur la prise de stimulants par les jeunes pour augmenter leurs performances scolaires.

Cafés, vitamines, siestes : les étudiants ne manquent pas d’astuces pour se tenir éveillés et augmenter leur temps de révision. Mais d’autre vont plus loin et utilisent des médicaments, parfois détournés de leur usage premier. Ce phénomène de dopage estudiantin, s’il reste peu médiatisé, n’est en rien anodin.

Les coups de boost à utiliser avec modération

Plusieurs types de médicaments sans ordonnances et de compléments alimentaires existent pour garder la forme ou récupérer après une période de fatigue intense.

Le Guronsan par exemple, disponible sans ordonnance dans les pharmacies associe la caféine et la vitamine C. Sensé donner un coup de fouet et supprimer l’effet de fatigue, nombreux sont les étudiants à l’utiliser en période d’examen. Mais en cas de dosage non respecté, la forte dose de caféine peut entraîner des palpitations cardiaques.

D’autres alternatives, comme l’homéopathie ou des comprimés à base de plantes (comme le passiflore pour l’anxiété, permettent de mieux dormir et de palier au stress et à la nervosité).

etudiant-etude-fatigue

Les médicaments aux conséquences graves

Si l’utilisation de médicaments accessibles au plus grand nombre présente finalement peu de risque pour les élèves, d’autre n’hésitent pas à se tourner vers des pratiques plus dangereuses comme la prise de Ritaline. Réservée aux enfants souffrant d’hyperactivité, elle supprime le sentiment de fatigue et améliore la concentration. Ce médicament peut entraîner à long terme des maladies cardiovasculaires et de l’hypertension.

Le Modafinil est lui aussi de plus en plus répandu : ce médicament est normalement réservé aux personnes atteintes de narcolepsie ou de trouble du sommeil. Ce traitement lourd engendre des effets indésirables fréquents comme des douleurs abdominales, des insomnies, de la nervosité, confusion et même dépression.

Très populaire auprès des étudiants américains, l’Adderall est un médicament à base d’amphétamine, classé comme stupéfiant par les autorités. Il est utilisé dans le cadre d’un traitement du trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité (TDAH).

Astuce Malynx !

En France, ce traitement est très encadré : il faut une prescription du médecin traitant pour se le procurer et se faire rembourser par la Sécurité sociale ainsi que la mutuelle santé. C’est pourquoi de nombreux étudiants passent commande sur des sites internet internationaux où il est facile de se procurer des génériques de molécules connues, malgré les risques encourus.