Un médicament contre le stress post-traumatique ?

Après un événement traumatisant (tel qu’un viol ou un accident), certaines personnes n’arrivent pas à se remettre tout à fait du choc et revivent le souvenir qui les hante durant de longues années. Le Laboratoire du stress traumatique de Toulouse serait cependant en train d’étudier une molécule qui permettrait de régler ce problème plus efficacement que des antidépresseurs.

Le propranolol, molécule de l’oubli?

Le laboratoire a décidé de se pencher sur le propranolol, un médicament générique originellement prescrit pour traiter les migraines ou l’hypertension, dont les propriétés sur les souvenirs ont été découvertes aux états-Unis.

Comme nous le révèle le quotidien en ligne LeParisien.fr, des patients ayant pris ce médicament ont vu le stress lié à leurs traumatismes s’atténuer. Les tests ont été effectués sur des personnes ayant vécu l’explosion de l’usine AZF en 2001 et qui présentaient aujourd’hui encore un stress post-traumatique. Au final, 70% des quarante patients ont vu leur stress s’atténuer. 90 minutes après la prise du médicament, celui-ci faisait effet en réduisant la souffrance liée au souvenir sans l’effacer.

Malgré les effets bénéfiques du propranolol, certains sont cependant moins enthousiastes. Une des principales critiques émises étant qu’atténuer le souvenir d’une agression ou d’un viol risquait d’empêcher les victimes de témoigner correctement. Qui plus est, les avocats des accusés prétendent que les victimes ne soient plus en état de témoigner suite à la prise du propranolol.

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres