Les liens supposés de Cahuzac avec les labos pharmaceutiques

Sujet brûlant de l’actualité, vous n’êtes pas sans savoir que Jérôme Cahuzac, ex-ministre du Budget a, après s’être défendu durant plusieurs mois de posséder un compte en Suisse, finalement décidé de passer aux aveux mardi 02 avril.

L’affaire aura eu le mérite de faire découvrir au plus grand nombre la notion encore méconnue de «blanchiment de fraude fiscale» qui, pour la faire courte, désigne le fait de «remettre dans le circuit légal de l’argent caché» (LeFigaro.fr, «Qu’est-ce que le blanchiment de fraude fiscale»).

Toutefois, n’ayant vraisemblablement pas encore atteint le bout de ses peines, Jérôme Cahuzac serait également mis en examen pour « blanchiment de perception par un membre d’une profession médicale d’avantages procurés par une entreprise dont les services ou les produits sont pris en charge par la Sécurité sociale», nous apprend la rédaction du Monde.fr. Retour sur un personnage controversé…

Cahuzac était consultant pour l’industrie pharmaceutique

Pour ceux qui ne le savent pas encore, Jérôme Cahuzac est à la base chirurgien. Conseiller technique au ministère de la Santé de Claude évin entre 1988 et 1991, il a participé à la politique du médicament.

Consultant pour l’industrie pharmaceutique de 1993 à 1997, Cahuzac serait soupçonné d’avoir engrangé des fonds dans le cadre de cette activité, lesquels constitueraient une «une partie « accessoire » de l’argent enregistré en Suisse» selon son avocat.

Bien que non illégale, cette activité de consultant suscite plusieurs interrogations quant aux avantages indus dont Cahuzac aurait pu bénéficier de la part des labos.

à sa décharge, son entourage ferait valoir que l’ex-ministre du Budget a toujours fait preuve de «pugnacité à l’encontre des laboratoires pharmaceutiques».

«S’il est une constance dans l’engagement socialiste de Jérôme Cahuzac, c’est qu’il a toujours plaidé contre son intérêt personnel au nom de l’intérêt général : doubler l’ISF, réduire les abattements de succession, taxer le capital comme le travail, lutter contre les avantages indus des laboratoires, des radiologues», telles sont les déclarations faites par l’entourage en question.

à méditer…

Afficher les questions et commentaires
Et si on discutait ?

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation des cookies Fermer

Revoir mes dernières offres